• Accueil
  • > Liens
  • > Conteur de Brocéliande, DamEnora conte le souvenir de l’être cher

Conteur de Brocéliande, DamEnora conte le souvenir de l’être cher

2 04 2010

Tu as fini par t’allonger. Alors dors bien, tu l’as mérité. A plus tard.... Vous qui l’avez tant décrié, si vous êtes croyants, agenouillez-vous et si vous ne croyez pas, levez-vous  ; jamais vous n’arriverez à être ce qu’il était. 

Si vous aviez vécu sa vie, vous sauriez qu’enfin maintenant il repose sur le sein de sa mère, entouré des siens. Lui dont le sommeil était le seul moment où il pouvait poser son armure et ses armes. 

Ne l’aimez pas maintenant si vous ne l’avez jamais aimé. Ne lui trouvez pas de qualités, vous qui ne l’avez regardé que comme un déchet. Il fallait de son vivant lui montrer votre tendresse, votre amour ou simplement votre intérêt ; maintenant il est trop tard.  Je vous méprise et vous laisse à vos componctions. Ne vous appuyez pas sur mon épaule pour pleurer, je ne vous aime pas, puisque vous ne l’aimiez pas ; je vous laisse à vos remords et vous avez fort à faire.  Je regarde mon cœur ; il y a un gros trou au milieu et il saigne. Des larmes coulent dans ma gorge et le cri d’agonie que je pousse, silencieux, n’appartient qu’à moi. Je veux tout casser, tout briser, mais mes bras, mon corps restent figés, comme pétrifiés. 

Maintenant, je suis seule, toute seule avec ma peine immense. 

Tu m’as laissée là au bord de la route alors que nous étions côte à côte, séparés mais dans une pensée unique.  Je te vois comme je veux que tu sois et tout ce fatras d’après ton départ ne m’intéresse pas ; égoïste au plus haut point et tant pis pour ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas comprendre. Ce qu’il pense m’indiffère, je veux juste rester avec toi et je le suis.

J’ai mes souvenirs et  je les choisis. Je me fabrique un diaporama dans lequel, chaque jour, j’ajoute des éléments, des phrases, des images. 

Je regarde devant, au loin, plus tard, et je sais que tout au bout de mon chemin, quant l’heure sera venue, tu seras là avec les autres à me prendre dans vos bras et je saurai que vous m’aimez pour l’éternité. A plus tard, petit frère, je sais ta présence.

Dans ce grand chagrin qui est le mien, vous , ma famille, avez été tout près et cependant si discret ; comme il est bon se sentir votre soutien. Je vais bientôt me redresser et redevenir la maman, l’épouse que vous connaissez ; il faut simplement que je range mon cœur dans son espace et tout sera comme avant.  j’ai encore mon frère dans mes bras il faut juste que je le pose ; je dois faire doucement, il pourrait se blesser. Attendez-moi un peu, je vous rejoins.


Actions

Informations



Une réponse à “Conteur de Brocéliande, DamEnora conte le souvenir de l’être cher”

  1. 2 04 2010
    Vero (19:53:10) :

    Là tu me touches en plein coeur, nous sommes pareillement blessées et la peine ne peut se dire…
    Moi, Je n’ai pas encore réussi à « le » déposer… amis, prenez patience encore un peu… pour moi, pour nous, pour lui, pour eux …..

Laisser un commentaire




ART DANS FAIRE |
Baila con Maï |
Les Tableaux d'Alex |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trièves en scène
| artana
| Retour à la peinture chez S...